Quatre Soleils

Le spectacle

Création 2013

CE SPECTACLE N’EST PLUS DISPONIBLE EN TOURNÉE.

Spectacle visuel et musical en cinq chapitres, deux intermèdes, un passage d’ombres furtives, un avant-propos et un épilogue. « Quatre Soleils », c’est, pour les indiens de l’Amérique Centrale, le mythe de la création du monde, qui veut que quatre « Temps », quatre « Soleils » se soient déjà écoulés; qui veut qu’aujourd’hui, nous vivions le cinquième Soleil, celui qui, immanquablement, s’éteindra lui aussi, comme les quatre précédents. « Quatre Soleils », c’est aussi, à travers quelques tentatives obstinées de portraits et d’autoportraits, une divagation picturale, théâtrale et musicale sur le « Temps »; non pas le temps qu’il fait, bien-sûr, mais le temps qui passe.

Distribution

Écriture, mise en scène: Luc Amoros
Composition musicale : Richard Harmelle et Alexis Thépot
Direction Musicale : Thomas Valentin, Rémi Studer et Alexis Thépot
Artistes en scène : Luce Amoros Augustin / Pierre Biebuyck / Brigitte Gonzalez / Itzel Palomo / Thomas Rebischung / Alexis Thépot
Direction technique : Vincent Frossard
Lumière et vidéo : Martin Descourvières
Son : Nicolas Menoux
Administration : Mathieu Desanlis

Partenaires:
La Comédie de l’Est, Centre Dramatique National de Colmar / Moselle Arts Vivants / Conseil Général de la Moselle/ le Fourneau, Centre National des Arts de la Rue à Brest/ L’Atelier 231, Centre National des Arts de la Rue à Sotteville-les-Rouen/ Le Parapluie, Centre National des Arts de la Rue à Aurillac / L’ACB, Scène Nationale et le festival Renaissances à Bar-le-Duc / Auteurs d’espaces, SACD / Aide à la résidence de production, DGCA, Ministère de la Culture et de la Communication / Aide financière de l’ADAMI et avec le soutien du Cadhame, collectif de la Halle Verrière de Meisenthal (57)

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

historique des tournée de 2013 à 2017

Une pluie de piano

Le spectacle

Création 2006 pour tous publics, adultes et adolescents réunis

miracle!: n.m.lat.miraculum «!prodige!», de mirari «!s’étonner!».! Événement extraordinaire où l’on croit reconnaître une intervention divine bienveillante auquel on confère une signification spirituelle.

«!Il n’y a rien à faire, qu’on s’y attende ou pas, les pluies de pianos me font toujours le même effet. La première frayeur passée, je ressens comme un poids, un étrange malaise.!»

Une Pluie de Pianos, 
tragédie tropicale

"Une pluie de pianos" est un rendez-vous entre une actrice et quelques spectateurs volontaires, quelque part au large de leurs regards, au moment précis qui sépare la tombée du jour et celle de la nuit, c’est-à-dire à l’heure où chez moi, les insectes vont boire, manifestant par leur entêtant et impalpable bruissement, leur intention toujours renouvelée de témoigner de l’extinction imminente, salutaire et provisoire, du monde visible. Mais alors, le titre du spectacle, me direz-vous!? «!Une pluie de pianos!», quel est le rapport!? Je serais tenté de vous répondre que si le petit garçon que j’étais, craignait à l’approche de la nuit, que l’ombre ne lui apportât, entre autres sortilèges, son lot de subreptices et spectrales apparitions, quand je vais au théâtre aujourd’hui, c’est au contraire dans l’espoir d’y entendre pleuvoir des pianos. Puissent les spectateurs de mes propres spectacles partager la même attente fébrile.

Distribution

Ecriture et mise en scène : Luc Amoros
Jeu :   Brigitte Gonzalez 
Technique : Vincent Frossard

Documents

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

Historique des représentations :

On a barboté sur Mars

Le spectacle

Création 2020 - jeune public

Prétextant une imminente pénurie généralisée de la ressource en eau sur terre et la nécessité (impérieuse ?!) d’en importer depuis d’autres planètes, un scientifique un peu « particulier » propose à ses visiteur. euse.s une expérience inédite de téléportation. Pour lui, la téléportation c’est déjà la routine. Il se livre donc  tous les jours à l’expérience, avec ses objets familiers : d’une cabine d’expérimentation à une autre, toutes deux installées sur la scène. Mais qu’en sera-t-il de ses cobayes volontaires ?

Après « NON MAIS T’AS VU MA TÊTE ! », c’est donc un nouveau clown (muet mais certainement pas silencieux) que nous convoquons sur notre scène, non plus en peintre, mais en savant fou. Cette fois c’est dans l’espace qu’il va entraîner (avec leur consentement !?) ses jeunes spectateurs-cobayes, pour un road-movie intersidéral burlesque.

Distribution/Partenaires

Mise en scène : Brigitte Gonzalez
Artiste en scène : Edouard Cuvelier
Avec la collaboration de : Pierre Biebuyck
Direction technique & régie : Vincent Frossard
Costumes : Cassandra Deschamps
Administration : Mathieu Desanlis
Affiche : Luce Amoros-Augustin

Documents

Galerie

Presse

Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.

L’heure où les mots vont boire

Le spectacle

Création 2021- jeune public

L’heure où les mots vont boire... Dans une bibliothèque, dans le coin feutré d’une médiathèque, au coeur d’un jardin fleuri ou d’une cour pavée à l’abri de la fureur du monde : une plongée poétique  dans  la  magie  des  mots  dits par Brigitte Gonzalez. Et pour accompagner le spectacle, avant ou après, un court film à regarder ou à cueillir en passant ; une déambulation sylvestre parmi les lettres de l’alphabet, traquées et clichées, une à une, par Mark Tellok.

LE SPECTACLE : Brigitte Gonzalez raconte aux enfants une histoire de l’écriture…de vive voix ! Parce que les mots écrits gardent, dans le mystère de leurs lacis, la mémoire de leur sonorité ; la musique des mots dits, paroles en l’air, parole libre soumise aux aléas, aux intempéries ; soumise aussi à la voix de ceux et celles qui les disent ; aigre, chaude et ronflante, de stentor ou de rossignol. Diseuse. Comédienne ? Conférencière ? Une maman peut-être, une grande soeur qui raconte des histoires devant sa table de cuisine. Une table en forme d’écritoire; une surface plane et légèrement inclinée vers l’auditoire, tour à tour tablette d’argile, plage de sable, papyrus, peau tendue ou fragment de ciel étoilé. Cette surface plane est une écritoire pour raconter les signes de l’écriture, peut-être aussi ceux d’avant les signes de l’écriture. Les histoires qui s’y racontent ? Les balbutiements de l’écriture, oui, mais aussi et surtout ce qui s’ensuit ; des histoires de lecture, cette aptitude magique à traduire instantanément ces énigmatiques images que sont les lettres qui forment les mots et les phrases entières. C’est une rencontre poétique, un bout de quotidien réenchanté et partagé autour d’une table et son occupante et les spectateurs.

LE FILM : Au cours de ses déambulations dans la forêt des Vosges du Nord, Mark Tellok a retrouvé les vingt-six lettres de l’alphabet dissimulées dans le paysage et les a photographiées. Il les a filmées, aussi. Il nous les livre donc sous la forme d’un film de 7’46. Un film  à prendre à la lettre, sans effets, ni montage ou artifices, à l’état brut.

Nous vous invitons à le regarder :https://www.youtube.com/watch?v=PHWQFLG0Ch0

Distribution/Partenaires

Le spectacle -Texte et mise en scène: Luc Amoros / Artiste en scène: Brigitte Gonzalez/Direction technique: Vincent Frossard
La vidéo qui accompagne le spectacle : Mark Tellok

Partenaires : Le spectacle a reçu le soutien de la Drac Grand Est, dans le cadre de l’été culturel 2021, de la Région Grand-Est et de la collectivité européenne d’Alsace.

Documents

Galerie

Vidéos

Presse

Articles de presse

Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.

La conférence du dimanche

La conférence du dimanche

Le spectacle

Création 2019 - tout public

La conférence du dimanche

Loin des grands rassemblements publics et comme en réponse à l’appréhension légitime qu’ils suscitent aujourd’hui, c’est en petit comité qu’un presque vrai, ou à peine faux, mais après tout très convaincant conférencier, seul, sans pupitre, sans scène et sans accessoire, convie ici ses spectateurs ; pour une causerie ironique et prétendument savante sur les «zones zumides» et la biodiversité et, plus largement, une petite réflexion, narquoise et poétique sur la création du monde. Et c’est en espace naturel, le jour au soleil, la nuit à la lueur d’un réverbère, ou encore sous abri, mollement installés, ou confortablement confinés en quelque lieu chaleureux et convivial, qu’il convient d’y goûter.

Comme son nom l’indique, c’est une proposition de dilettante qu’il nous fait là et ce n’est pas par dédain pour la chose scientifique qu’il nous entraîne sur des chemins de traverse puisqu’il finit, à sa manière, par célébrer la « taxinomie* », discipline autant prisée par les savants que les poètes.

* Classification des organismes vivants.

Distribution/Partenaires

Texte : Luc Amoros
Mise en voix et en espace : Brigitte Gonzalez
Dans le rôle du conférencier : Philippe Cousin
Administration : Mathieu Desanlis

Durée: 40 minutes
jauge: 1 à 50 personnes

Documents

Presse


Dernières Nouvelles d'Alsace
Le Républicain Lorrain

Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.