Vite un selfie!

Le spectacle

Création - saison 2022/2023 - jeune public

Spectacle/performance d’images peintes à huit mains et quatre voix, avec vidéo, smartphones, pinceaux et brosses.

Dans « VITE UN SELFIE ! », ce seront quatre plasticiennes, performeuses, chanteuses qui, depuis leur sorte d’échafaudage posé sur scène et dans un débordement de rythmes, de chants et de couleurs, vont interpeller les spectateur.trice.s (en particulier les enfants et les adolescent.e.s) sur la question de leur image aujourd’hui. Et elles vont la triturer, leur image, la capter, la détourner, la voler, la restituer, la réinventer et, surtout, la leur faire voir autrement.

Ce sera un spectacle d’images peintes, photographiées, filmées aussi, directement, sur place. D’images, qui se suivront, se bousculeront, se croiseront, s’effaceront, réapparaîtront, enfin, d’images qui raconteront… l’histoire que voudra bien produire la rencontre que nous voulons avant tout provoquer.

Elles seront quatre plasticiennes, en chair et en os, quatre chanteuses, en rythme et en voix qui vont nous les fabriquer à mains nues, ces images. Enfin, à mains nues ou presque, avec des pinceaux, des brosses, des appareils-photos, des smartphones, et puis... oui, à mains nues aussi finalement. Ça s’appellera « VITE, UN SELFIE ! », ou pas, d’ailleurs, ce point n’est pas encore très clair ; ce titre est donc provisoire.

Distribution/partenaires

Artistes en scène :  Léa Noygues, Macha Selbach, Lydie Greco et Marie Minary

Musique : Alexis Thépot

Images : Luc Amoros

Mise en scène :  Brigitte Gonzalez

Direction technique : Vincent Frossard

Administration : Mathieu Desanlis

Diffusion : Nadine Dupont / diff.nadine.dupont@gmail.com / 06 09 39 19 85

Une coproduction de : la Passerelle de Rixheim /La Minoterie, pôle création jeune public et éducation artistique de Dijon / Momix Créa, scène conventionnée d’intérêt national art et enfance et jeunesse de Kingersheim

Avec le soutien de : L’Atelier à Spectacle, scène conventionnée d’intérêt national art et création de l’agglo du Pays de Dreux /Centre Socio Culturel de Sarre-Union en partenariat avec la Communauté de Communes d’Alsace Bossue / Espaces culturels de Thann Cernay

Documents

Journal d'une création

TROISIEME SESSION MAI 2022

Le chantier de la troisième session fut tout en chant ! Cependant, je n'ai pas encore de sons mélodieux et autres harmonies à vous mettre entre les z'oreilles... mais, comme toujours, deux ou trois photos, entre quat'yeux. 

Alexis Thépot. C’est le compositeur de l’équipe, il a commis les musiques et les chants des trois parmi les plus récentes créations pour la rue de la compagnie, Quatre soleils et Le cinquième soleil (il était également interprète dans ces deux spectacles) et La tortue de Gauguin. Autant dire que nos images et nos langages lui sont familiers ! 

Partis pris. Les chants polyphoniques seront, pour l'essentiel, chantés a cappella. Il y aura des percussions corporelles. Et des percussions à partir de la peau tendue de nos écrans de plastique, sonorisés. Nous verrons où nous mèneront ces pistes…

... Le chant des pistes. Essai de prolongement, avec la peinture sur papier, au sol, de rythmes et de danse. Chez nous, on peint en chantant et on chante en peignant : de la peinture au chant, du chant à la peinture… voilà des chemins maintes fois repris ensemble et je ne peux m’empêcher de penser au merveilleux Le chant des pistes de Bruce Chatwin, ode à ces chanteurs-marcheurs, chanteuses-marcheuses d'Australie. 

La série de l’été ! L’autoportrait est une mise en abyme : la peintre se regarde et elle se peint en train de se regarder en train de se peindre… Et si on prenait cette mise en abyme au pied de la lettre ? Avec les moyens de la gravure et de l’impression sur papier. Reproduction en série. Vertigineux.

La quatrième session (on y est, c’est ici et maintenant !) est encore, pour une grande part, consacrée au chant... Trois petites notes de musique et puis s'en vont... !

Et, à propos de s'en aller, je vous souhaite un bel été… qui commence à son apogée caniculaire. 

Brigitte

Reipertswiller, le 23 juin2022

DEUXIÈME SESSION AVRIL 2022

Pour cette deuxième session de travail sur le plateau de Reipertswiller, le chantier reste grand ouvert : nous avons poursuivi quelques pistes entamées en mars, expérimenté quelques autres intuitions et même essayé une ou deux hypothèses dramaturgiques.

L'autoportrait : the neverending story ou l'éternel recommencement. Cette fois encore, chaque jour, comme un rituel désormais bien institué, nos quatre peintres se sont adonné à l'exercice de l'autoportrait. Mais cette fois, dans un temps compté et réduit de jour en jour. Ainsi, elles sont passées de 2h -premier jour, première session- à 15 mn -dix jours de travail plus tard, deuxième session-. Au passage, diverses techniques sont essayées, mais avec, toujours, la même exigence de rendu : figuratif, (hyper) réaliste. Ressemblant. Sans l'ombre d'un doute au regard du public.

Chez les grecs. Cette fois encore, nous avons plongé nos regards dans le mythe de Narcisse. Luc s'est intéressé à l'esthétique des grecs anciens, plus précisément ses motifs décoratifs récurrents (présents sur les céramiques, les tuniques, les frises des murs des maisons ... ). Des motifs noirs sur fond clair, un contraste traduit dans nos tableaux par la technique de la gravure. Des motifs noirs sur fond clair... nous sommes encore dans une imagerie nourrie d'ombres !

Des ombres aux premières traces. Tentative de lien dramaturgique : une image-hommage aux cultures archaïques, préhistoriques. Les essais réalisés lors de la première session autour de la silhouette humaine capturée par la peinture m'ont donné envie de pousser l'exploration du côté des fresques rupestres (en l'occurrence celles de Lascaux) ; et surtout les mains, les mains négatives (comme celles de Pech Merle) ; avec cette mienne d'intuition que ces mains ne sont autre qu'une forme d'autoportrait des premiers hommes et premières femmes ! J'ai lu quelque part que ce sont les femmes, les femmes surtout, qui faisaient ainsi "pochoir" de leurs mains sur les parois des grottes...

Pour finir, une réflexion. Dans nos spectacles d'images peintes, une place de choix est laissée aux références à l'histoire de l'art, avec une prédilection pour les images issues de notre inconscient collectif. Avec cette petite idée que Luc a derrière la tête depuis toujours, que les images de nos spectacles doivent être lisibles par tout un chacun, quelle que soit son origine sociale, son âge, sa culture... Pas de spectacle "savant" donc, mais une adresse, exigeante, à un public, le plus large possible. 

Prochaine étape, du 28 mai au 1er juin... à bientôt !

Brigitte

Reipertswiller, le 28 avril 2022

PREMIÈRE SESSION MARS 2022

Quelques nouvelles de la création qui commence tout juste, chez nous, dans notre petit théâtre de Reipertswiller... Je n'ai, bien sûr, pas encore de recul sur le travail entamé mais quelques confirmations commencent à pointer le bout de leur nez sur les pistes envisagées.

Quelques photos et quelques commentaires et réflexions pour les accompagner :

- Premier temps. Essais sur la figure du portrait et de l'autoportrait ; un exercice quotidien auquel se sont livrées nos quatre peintres ... et un autoportrait de 2mx2m au pt'it déjeuner (hé hé) !

Des grands visages qui nous regardent. Alors que nos visages ont été pendant longtemps, tronqués, brouillés par des masques sanitaires. Alors que les enfants et les jeunes ont été empêchés de se regarder les uns les autres (empêchés de se regarder eux-même... ?*), ces visages nous fontlittéralement, face. Ils nous interrogent sur l'autre, sur nous-mêmes. Faire face. C'est peut-être là, je crois, la première intention du spectacle, né en temps de Covid.

*J'ai commencé un atelier sur la mise en scène de l'image de soi auprès de deux classes de sixième d'un collège des environs ; au cours de mes discussions avec les jeunes il est apparu très vite que les masques sanitaires sont devenus de véritables masques, des masques pour se cacher, des masques qui révèlent, autant qu'ils cachent, le malaise de certain.e.s face à leur propre image.

- Second temps. Essais sur le détournement. Maquiller le visage du public, pour s'amuser. Aussi pour s'amuser mais pas juste pour s'amuser. Car le détournement d'une image est d'abord et avant tout une manipulation. Les enfants et les jeunes sont nés dans un monde où les images qui nous environnent sont manipulées. Manipuler ces images, ensemble, en s'amusant, pour les décrypter, ensemble. 

- Troisième temps. Silhouettes d'ombres capturées par la peinture ... qui a dit que la compagnie avait dit adieu aux ombres... ? Ces dernières n'ont jamais totalement déserté nos scènes ; il paraît qu'elles seraient même à l'origine de la peinture... Dans son Histoire naturelle, Pline relate ainsi les origines de la peinture et de la sculpture : afin de conserver une image de son amant, la fille de Dibutade trace son profil sur un mur. Dibutade, qui était potier dans la ville grecque de Sicyone, place de l'argile sur ce contour et le transforme en un portrait en bas relief.

- À suivre. Nous avons aussi, fatalement j'ai envie de dire, lancé quelques lignes dans l'eau du mythe de Narcisse (!)... à découvrir dans un prochain envoi après notre deuxième session de travail qui aura lieu du 11 au 15 avril 2022 !

Brigitte Gonzalez, metteuse en scène

Reipertswiller, le 18 mars 2022

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.

Tours et détours, …

Le spectacle

Création 2021 - tout public

Tours et détours,

(une autre visite du château de Lichtenberg)

S’il est un monument de notre contrée qui mérite le détour c’est bien le château de Lichtenberg. Allons donc y faire un tour, mais par une voie dérobée ; celle de la poésie, tout en méandres et sinuosités ; une « autre visite » en mots et en musique.

Extrait : ... ... Savez-vous, par exemple, que ce château disparaît par deux fois dans l’année, comme absorbé par la brume aux portes de l’hiver et puis dans l’éblouissement de la Saint-Jean d’été... 

Visites : dim 4 et dim 25 juillet - dim 01 et dim 22 août 2021

horaire des visites : 18h30

 Jauge limitée, pensez à réserver :   Tel : 03 88 89 98 72 / Mail : chateaudelichtenberg@hanau-lapetitepierre.alsace

Distribution/Partenaires

Texte : Luc Amoros
jeu : Brigitte Gonzalez
Musique: Jonathan Bauer
Administration : Mathieu Desanlis

Documents

Presse

Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.

La visite guidée du dimanche

Le spectacle

Création 2021 - tout public

La visite guidée du dimanche

(une autre visite du château de La Petite-Pierre)

C’est bien parce qu’un château-fort est un lieu de mémoire par excellence qu’il ne faut jamais négliger d’en visiter les oubliettes !)Fernand Meyer, guide assermenté 

La «visite du dimanche» a beau être une visite guidée du château de La Petite-Pierre tout nouvellement restauré, elle serait plutôt du genre à désorienter, voire égarer le visiteur. Mais quitte à le fourvoyer, autant le faire de bonne foi et dans la bonne humeur, non ?

Extrait : ... Au risque de vous décevoir, le grès rose de ces murailles en apparence infrangibles, n’est jamais que du sable ! Si si ; à ’image de celui qui, sur une plage, coule indéfiniment entre vos doigts, telle une source d’eau claire. Eh oui, il a beau s’appeler « Château de La Petite-Pierre », ce n’est, ni plus ni moins, qu’un château de sable...

Visites en français : dim 26 juin - sam 3, dim 4, sam 10, dim 11 juillet - sam 21, dim 22 août 2021

Visites en alsacien : sam11, sam 18, dim 19 septembre 2021

horaires des visites : 14h30 et 16h30

Visites gratuites, jauge limitée, pensez à réserver : 03 88 01 49 59

Distribution/Partenaires

Texte : Luc Amoros
Mise en voix et en espace : Brigitte Gonzalez
Dans le rôle du conférencier : Philippe Cousin (version française) Bruno Dreyfùrst (version alsacienne)
Administration : Mathieu Desanlis
Traduction en alsacien : Roland Munch
Durée: 50 minutes

Documents

Presse


Agenda

Pas d'événement actuellement programmé.

Je leur construisais des labyrinthes

Le spectacle

Création 2008 - jeune public

Luc Amoros accueille, dans son atelier, une centaine d’enfants autour d’un célèbre plat méditerranéen. Puis, après avoir modelé un labyrinthe, d’un sable spécialement importé de Crète, il va leur montrer les dessins préparatoires de son nouveau film sur Thésée et le Minotaure, choisir, parmi l’auditoire, son acteur principal, et lui faire tenter quelques bouts d’essai. Il va aussi…Mais, secret ! Tous ces gestes et bien d’autres encore, exécutés sous les yeux des enfants, parfois même grâce à leur aide, ne seront pour lui que des prétextes à leur raconter le monde à sa manière ;  un discours ininterrompu, une causerie plutôt, semée de souvenirs reconstitués et réenchantés, ponctués de digressions poétiques et philosophiques, d’anecdotes scientifiques ou bien de réflexions très ordinaires sur la vie ou le monde. En somme, une rencontre entre un adulte d’aujourd’hui et des enfants d’aujourd’hui ; à la croisée des sentiers du théâtre, de la pédagogie et d’un quotidien réinventé.

Distribution

Texte, scénographie, co-mise en scène, jeu et recette du couscous : Luc Amoros
Co-mise en scène et direction d’acteur : Brigitte Gonzalez
Création technique et régie : Vincent Frossard
Conception et réalisation du décor : Joseph Kieffer et Vincent Frossard
Conception et réalisation des images animées : Sylvain Dorange
Administration : Mathieu Desanlis / Production : Bruno de Beaufort 

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

Historiques des représentations passées entre 2008 et 2013 :

A comme taureau

Le spectacle

Création 2017

C’est une comédienne, seule en scène, et son écritoire ; une surface plane et verticale, tour à tour tablette d’argile, plage de sable, papyrus, peau tendue ou fragment de ciel étoilé. Cette surface plane est son écritoire pour raconter les signes de l’écriture, peut-être aussi ceux d’avant les signes de l’écriture.

Mais son écritoire, c’est aussi tout l’espace de la scène, son corps entier devenant alors instrument d’écriture, écriture elle-même. Une écriture fugace, sans traces, s’effaçant en même temps qu’elle s’écrit, aussitôt qu’elle est lue.

Les histoires qu’elle y raconte ? Les balbutiements de l’écriture, oui, mais aussi ce qui s’ensuit ; des histoires de lecture, cette aptitude magique à traduire instantanément ces énigmatiques images que sont les lettres qui forment les mots et les phrases entières ; histoires aussi de ceux pour qui la lecture, avant d’être l’objet de jubilation que chacun devrait être en droit de connaître, est tout simplement un miracle, un seuil vers l’émancipation et l’épanouissement.

Distribution

De : Luc Amoros
Artiste en scène : Brigitte Gonzalez
Direction technique et régie : Vincent Frossard
Administration : Mathieu Desanlis 

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

Historique des dates passées

Page blanche

Le spectacle

Création 2010

Festival Cabanes a la fondation Bompard. Noveant sur Modelle, FRANCE -13/06/2015

« Le monde n’existe que s’il est peint et chanté » disent les initiés aborigènes d’Australie. Pour nous, la ville n’existe que si ses murs chantent et peignent son histoire. En images, débordant de couleurs et en musiques de fête. Ici et maintenant, à mains nues, à voix nues. Comme un contre-feu au débordement d’images stériles qui ne nous racontent plus le monde mais tentent de nous le vendre, images publicitaires qui ont squatté chaque interstice de la ville et le moindre espace disponible de nos rétines; de la plus étroite venelle de nos hameaux dont chaque fenêtre reflète une scintillante et familière lumière bleutée jusqu’aux façades gigantesques des gratte-ciels de Shangaï qui vomissent jour et nuit leurs images hypnotiques d’un monde vitrifié et parfaitement fini. Comme une proposition faite aux passants de se réapproprier leur espace en y inventant des histoires propres à le réenchanter, des histoires à élargir notre horizon. Couvrant un grand échafaudage adossé à une façade de la ville, comme une immense page blanche offerte, des toiles tendues se couvrent peu à peu d’images peintes ou gravées en direct, au vu et au su des passants rassemblés ; fresque collective ou bande dessinée déferlante, composée et mise en voix par une demi-douzaine de jeunes peintres-chanteurs d’Europe: une histoire, des histoires « PAGE BLANCHE » suggère au spectateur, par sa forme et son « mode opératoire », d’adopter , face au pouvoir des images, une posture critique. C’est une sorte de pause décalée, festive et ludique, au cœur de la ville, où le passant est invité à réfléchir, malgré lui ou consciemment, à la nature des images qui ont envahi notre quotidien au point de devenir un des vecteurs prépondérants de notre rapport au monde.

Distribution

Luc Amoros Mise en scène , conception, textes, mise en scène et images - Richard Harmelle, musique - Vincent Frossard , directeur technique et construction - Joseph Kieffer, conseils graphiques - Mathieu Desanlis, administration – Gwenaëlle Plougonven, production, diffusion, communication.
avec les interprètes : Agnès Bourgeois, Katharina Ernst, Pierre Biebuyck, Sylvie Eder, Lou Amoros Augustin, Aude Ardoin, peinture, gravure, chant
et Jérôme Fohrer,
musique
avec les techniciens : Vincent Frossard,
régie générale- Martin Descourvières, lumières - Emmanuel Coutin, lumières - Emmanuel Haessig or Nicolas Menoux, son

Galerie

Vidéos

Presse

Agenda

Historique des tournées de 2009 à 2016